Crise au Zimbabwe : Mnangagwa vit-il ses derniers jours au pouvoir ?

Crise au Zimbabwe : Mnangagwa vit-il ses derniers jours au pouvoir ?

La destitution de Robert Mugabe en novembre 2017 a donné de l’espoir à une majorité de Zimbabwéens, qui, pendant de nombreuses années, ont vécu sous son régime autocratique. Pour beaucoup, cet évincement est le signe d’un avenir meilleur. Les malheurs du pays avaient été attribués aux décennies de mauvaise gouvernance de l’ancien président. Toutefois, cette généralisation à outrance ne tient pas compte du fait que les problèmes du Zimbabwe ne sont pas le fait d’un seul individu, mais plutôt d’un système de gouvernance qui est un mélange toxique de corruption et de mauvaise gouvernance, qui a perduré pendant des décennies.

Alors que le monde célébrait la chute de Mugabe, le système de gouvernance dirigé par l’ancien mouvement de libération ZANU PF est resté inchangé. Rien n’a changé. Il suffit de voir que des experts et de nombreux Zimbabwéens affirment aujourd’hui que le successeur de Mugabe, Emmerson Mnangagwa, utilise le même système pour asseoir un régime autocratique et piller les caisses de l’État. Certains pourraient se demander pourquoi ces derniers jours, le Zimbabwe semble avoir monopolisé l’attention du monde entier avec le hashtag #Zimbabwelivesmatter, repris par des milliers de personnes à travers le monde. La réalité sur le terrain est que la vie sous Emmerson Mnangagwa a empiré, et personne n’aurait pu imaginer que certains diraient que « c’était mieux sous Mugabe ». Ainsi, en réponse à ces difficultés, les mouvements sociaux et les partis politiques ont organisé des manifestations pour exiger la fin de la corruption et des violations des droits de l’homme.

Cette campagne fait suite aux protestations de l’opposition et des organisations de la société civile le 31 juillet. Toutefois, dans mon analyse, je soutiens que ce qui se passe au Zimbabwe est dans la lignée du coup d’État de novembre 2017. Je dirais que ce à quoi nous assistons actuellement au Zimbabwe est une émergence des divergences  au sein de la classe dirigeante. Les divergences émergentes sont plutôt l’émergence des combats de faction de la ZANU PF qui se battent pour se surpasser les uns les autres dans le cadre des affaires inachevées de novembre 2017.

La victoire controversée de Mnangagwa

Le Zimbabwe est actuellement confronté à sa pire crise économique et politique depuis le tournant du nouveau millénaire, suite au coup d’État de 2017, aux élections controversées du 31 juillet 2018, à la mise à mort de civils innocents en plein jour après des manifestations de citoyens qui réclamaient la publication des résultats des élections.  Le principal candidat du parti d’opposition à la présidence, Nelson Chamisa, a refusé d’accepter les résultats des élections en invoquant une fraude électorale massive et jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement d’Emmerson Mnangagwa souffre d’une crise de légitimité. L’espace démocratique continue de se rétrécir avec des arrestations d’activistes, de journalistes et des enlèvements qui sont utilisés comme un moyen d’étouffer toute dissidence. L’économie est défaillante et ceci a été aggravé par l’arrivée de la pandémie mondiale de Covid19, qui a eu des effets dévastateurs sur l’industrie et la main-d’œuvre. L’aggravation de la crise économique au Zimbabwe, conjuguée à une crise de liquidités qui ébranle le pays, à une pénurie de devises étrangères et à une inflation croissante d’une année sur l’autre, a fait grimper le taux d’inflation à 75,86 %.

Le Zimbabwe reste-t-il ouvert aux affaires ?

Dans l’espoir de rétablir les relations avec l’Occident et le capital mondial, le gouvernement s’est lancé dans une ambitieuse campagne intitulée « Zimbabwe is Open for Business » (Le Zimbabwe est ouvert aux affaires), qui visait à courtiser les investisseurs et à relancer l’économie zimbabwéenne en difficulté. Dans ce pari infructueux, Mnangagwa a parcouru les capitales occidentales dans une tentative désespérée d’attirer les investissements nécessaires pour relancer l’économie fortement endettée. De novembre 2017 à mars 2018, le président du Zimbabwe s’est rendu dans près de 30 pays étrangers, dont la Russie, les États-Unis et la Chine, pour n’en citer que quelques-uns.  Et en mars 2018, le gouvernement avait également annoncé plus de 27 milliards de dollars d’investissements prévus, allant de nouvelles mines de platine à des aciéries et des barrages hydroélectriques. Mais rien de tout cela ne s’est concrétisé.

La perception négative engendrée par le meurtre de civils par des soldats lors des récentes manifestations et la répression de l’opposition et de la société civile, ainsi que la réticence à entreprendre des réformes politiques, ont également réduit à néant les perspectives d’investissement du pays.

Ce faisant, et pour tenter de redorer son image ternie dans le monde, le gouvernement zimbabwéen a également engagé quatre sociétés de relations publiques internationales. Parmi les sociétés de relations publiques engagées, citons BTP Advisers, basée à Londres, qui rejoint les sociétés américaines Mercury International Limited, Ballard Partners et Avenue Strategies Global LLC, l’objectif étant d’aider le Zimbabwe à réintégrer la communauté des nations après des décennies d’isolement.  Toutes ces entreprises de relations publiques ont été financées par l’argent des contribuables, alors que le pays est aux prises avec une crise économique caractérisée, entre autres, par des coupures de courant, une faible productivité, une pénurie de devises étrangères et une inflation galopante, qui ont gravement érodé les revenus des citoyens.

« L’entrée triomphale » de Mnangagwa

Mnangagwa a assumé la présidence depuis l’exil où il avait fui sous les menaces de mort de l’ancien président Robert Mugabe qui l’avait renvoyé de son poste de vice-président suite à des allégations de complot visant à évincer le défunt chef de file. Mnangagwa est rentré au Zimbabwe le 22 novembre 2017 et des milliers de personnes l’ont acclamé à son retour d’exil. Un récit similaire à celui de l’entrée triomphale de Jésus-Christ dans Jérusalem, avec des foules qui déposaient leurs vêtements à terre pour l’accueillir, cela ressemblant à la célébration de la libération des Juifs. Le retour de Mnangagwa peut être comparé à l’entrée triomphale de Jésus, le retour d’un sauveur, marquant la libération du Zimbabwe. Beaucoup étaient pleins d’espoir, beaucoup lui faisaient confiance et pensaient qu’il dirigerait différemment, mais hélas, il a déçu, et a manqué l’occasion de faire les choses différemment. À son retour, il avait fait la promesse suivante : « La volonté du peuple l’emportera toujours. Je m’engage à être votre serviteur », avait déclaré Mnangagwa. Cela ne devait jamais être, contrairement à l’entrée triomphale de Jésus, l’histoire du Roi qui arrive comme un humble serviteur sur un âne, et non comme un coursier qui caracole, en robe royale, mais avec les vêtements des pauvres et des humbles, Mnangagwa « s’est engagé à être le serviteur du peuple ».

Lorsqu’il a pris ses fonctions, Mnangagwa a bénéficié du soutien d’une majorité de Zimbabwéens, qui l’ont cru sur parole : les pays impérialistes de l’Est et de l’Ouest lui ont accordé le bénéfice du doute, ont dit qu’il était « réformateur » et étaient prêts à l’aider dans sa présidence. Ses premiers jours à la tête du pays étaient basés sur un plan de réengagement avec les ennemis du Zimbabwe, c’est-à-dire les pays occidentaux, à la tête desquels les États-Unis d’Amérique et la Grande-Bretagne.

Dans un discours télévisé donné mardi, Mnangagwa a fait référence aux « groupes d’opposition terroristes destructeurs » et aux « forces obscures à l’intérieur et à l’extérieur du Zimbabwe, qui ont trop longtemps freiné la croissance du pays ». Il a juré de « débusquer ses opposants », comme si le Zimbabwe était en guerre contre une insurrection.

La lutte du ZANU PF au sein d’une autre lutte

Les événements survenus au Zimbabwe ces derniers jours ont isolé le ZANU PF et l’ont placé dans une position défensive inhabituelle. Presque chaque semaine, le parti a tenu des conférences de presse et publié des communiqués de presse pour tenter de se défendre. Le fait qu’ils réagissent montre seulement que le jeu du parti a été dévoilé et qu’ils sont au plus bas. Les tentatives de minimiser les protestations du 31 juillet n’ont pas fonctionné et, en tout état de cause, les résultats escomptés n’ont pas été atteints. Au début, le ZANU PF accusait l’opposition, l’Alliance MDC et la société civile, en particulier le plus grand syndicat, le Congrès des syndicats du Zimbabwe et la Coalition contre la crise au Zimbabwe, d’essayer de déloger le ZANU PF du pouvoir. Cependant, les défaillances au sein des élites dirigeantes sont désormais connues. Lors d’une conférence de presse donnée il y a une semaine, le porte-parole par intérim du ZANU PF, Patrick Chinamasa, a admis que certains membres de la direction avaient travaillé avec le parti d’opposition pour renverser le président Mnangagwa. Certaines sources affirment que lors d’une récente réunion du Politburo de la ZANU-PF, Mnangagwa aurait hurlé sur le vice-président Constantino Chiwenga, accusant son adjoint d’être l’instigateur d’un plan visant à utiliser une manifestation de l’opposition le 31 juillet sur la détérioration de la situation économique pour embarrasser le président. Les failles sont également présentes dans l’armée, au sein de laquelle le vice-président Chiwenga est réputé influent. Récemment, les dirigeants militaires ont donné une conférence de presse dont l’objectif était de démentir les accusations de préparation d’un coup d’État. Tant de choses à cacher sur un événement qui pourrait se tramer. Les jours de Mnangagwa au pouvoir pourraient être comptés, tous les signes pointent en direction de son départ prématuré. Seul l’avenir nous le dira. Cependant, alors que les défaillances du ZANU PF se révèlent, l’opposition et les forces progressistes plus larges doivent reprendre les choses en main et cesser d’être de simples spectateurs. La réponse internationale et régionale à la campagne Zimbabweanlivesmater est progressiste, car elle fait monter la pression sur le régime du ZANU PF. Déjà, le gouvernement sud-africain a désigné un envoyé pour traiter la crise au Zimbabwe et cela montre d’une certaine manière que l’Afrique du Sud est tout aussi fatiguée de s’occuper de ses collègues du parti de la libération. Comme y a fait allusion le Secrétaire général de l’ANC, Ace Magashule, les problèmes du Zimbabwe affectent l’Afrique du Sud, d’où la nécessité d’aller au fond des choses. Ce dont le Zimbabwe a besoin actuellement, c’est d’un dialogue, qui devrait englober toutes les parties prenantes, avec une feuille de route claire pour résoudre la crise politico-économique à laquelle le Zimbabwe est confronté. Nous pourrions nous diriger vers un mécanisme de transition et l’espoir est que les erreurs de 2008 qui ont vu l’achèvement du gouvernement d’unité nationale ne se répèteront pas.

Blessing Vava
Blessing Vava
ADMINISTRATOR
PROFILE

Auteurs principaux

Twitter

gathara

Question: What o'clock is Kamau expected to give his speech?