Confinement : Cours à distance, une aventure ambigüe

Confinement : Cours à distance, une aventure ambigüe

La pandémie à Covid-19 est une crise sanitaire qui a des implications sur tous les secteurs dont celui de l’éducation et de la formation. En Côte d’Ivoire comme partout dans le monde, les établissements scolaires et universitaires ont fermé leurs portes pour éviter la propagation de la maladie à Covid-19. Le système éducatif ivoirien qui a été fortement paralysé par des grèves intempestives doit, à présent, faire face à cette crise sanitaire.

Plus de cinq millions d’élèves sont privés de cours en Côte d’Ivoire, depuis le 16 mars 2020. Pour sauver l’école, les autorités ivoiriennes se sont tournées rapidement vers l’enseignement à distance. « Ecole ferméecahiers et livres ouverts » est le titre du projet piloté par le Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle (Menetfp) en vue d’assurer la continuité de l’école malgré la fermeture des établissements scolaires.

Les cours à distance à travers la radio et la télévision nationales ont démarré le 9 avril 2020, au profit des élèves des classes d’examen (CM2, 3ème et Terminale). Pour de nombreux enseignants et internautes, ce projet de cours à distance bien qu’innovant reste un défi majeur.

« La mise en place des cours en ligne est un bon geste du gouvernement ivoirien, mais la mise en œuvre demeure complexe et incertaine. Déjà qu’on sait que les élèves ont du mal à assimiler les cours présentiels, qu’en serait-il de l’enseignement à distance ? En tant qu’éducateurs et aussi parents d’élèves, nous voulons que cette crise sanitaire puisse être éradiquée afin que les élèves puissent reprendre le chemin de l’école. Seul moyen pour sauver cette année scolaire », soutient Alphonsine Kouadio, institutrice à Bouaké.

Pour certains internautes, ces cours à distance vont permettre au moins d’accompagner les parents dans l’occupation des enfants, sans pour autant assurer une réelle continuité d’apprentissage. Les enseignants ont également besoin de formation pour dispenser efficacement l’enseignement à distance.

Inégalité d’accès à l’éducation

Cette nouvelle méthode de l’école à la maison va davantage renforcer les inégalités entre les élèves des grandes villes où l’électricité et l’internet sont accessibles et ceux des zones rurales difficilement couvertes par ces commodités. De plus, les enfants issus des milieux défavorisés paieront le plus lourd tribut. En effet, l’enseignement à distance est complexe pour certaines familles ne disposant pas de téléviseur et/ou de connexion internet. Aussi, dans les milieux ruraux, les travaux champêtres risquent-ils de prendre le dessus sur les études. Ces cours en ligne nécessitent une implication plus importante des parents. Or, avec un taux d’analphabétisme estimé à 51 %, nombreux sont ces parents qui ne pourront pas accompagner convenablement leurs enfants dans leur apprentissage. Le risque de décrochage scolaire est aussi à craindre.

Ce sont entre autres les nombreux défis auxquels le ministère de l’éducation doit faire face pour sauver l’école ivoirienne. Longtemps relégués au second plan, les cours à distance dans l’enseignement primaire et secondaire apparaissent aujourd’hui comme l’unique solution pour permettre aux élèves de poursuivre leur scolarité. Un déploiement efficace et pérenne de l’enseignement à distance dans le système éducatif ivoirien s’avère plus que nécessaire pour parer aux situations d’urgence.

Auteurs principaux

Twitter

gathara

Question: Have any of the main political parties offered an official response to @dkmaraga's letter to Kamau?