Côte d’Ivoire / Annexe fiscale de 2018

La toile grogne

Les internautes ivoiriens ne sont pas contents. Alors là, pas du tout. Ils s’insurgent contre le nouveau dispositif fiscal greffé à la loi de finances entrée en vigueur le 2 janvier 2018.

La loi de finances fait grincer les dents. Le gain net des mesures contenues dans l’annexe fiscale de 2018 évalué à 75,4 milliards de francs CFA suscite le mécontentement des acteurs du secteur privé. Et crée un tollé sur la toile.

L’annexe fiscale 2018 relève, en effet, du taux de taxation sur les industries de bois, du cosmétique, de la boisson, du tabac et du transfert d’argent par téléphone mobile. Ces impositions auront irréversiblement un impact direct sur les consommateurs. Les populations ivoiriennes subissent déjà les impacts, car les opérateurs de téléphonies mobiles n’ont pas attendu pour augmenter les frais de transfert.

La toile est en ébullition. Les internautes disent leurs ras-le-bol par des posts sur les réseaux sociaux avec le hashtag #TaxeChallenge. Initié par Franck Bayé, directeur d’entreprise et influenceur web, le 17 janvier 2018, le hashtag #TaxeChallenge connait en franc succès. « Depuis un moment, on a l’impression de découvrir quasiment chaque jour une nouvelle taxe. Il y a un ras-le-bol qui s’exprime de diverses manières. J’ai choisi de prendre le problème par la dérision en créant le hashtag #TaxeChallenge », dit Franck Bayé.

Le chef de l’état compte revoir sa copie

L’ancien candidat aux élections, aujourd’hui président de la République, semble s’être éloigné de l’une de ses promesses de campagne faites à son électorat en 2010. Pour améliorer les conditions de vie des populations des populations, l’une des promesses de l’actuelle chef de l’état était de faire baisser les taxes sur les produits à grande consommation. « Il faut baisser la fiscalité, parce que s’il y’a moins d’impôt même ceux qui essaient d’éviter les impôts vont payer leurs impôts » avait-il martelé au cours du face à face télévisé qui l’avait opposé à son rival Laurent Gbagbo.

Face au mécontentement des acteurs du secteur privé et le tollé dans l’opinion publique ivoirienne, le chef de l’état a instruit son gouvernement, le lundi 15 janvier 2018, à renégocier avec le secteur privé pour trouver un consensus autour de l’annexe fiscale 2018. Le dialogue entre le secteur privé et le gouvernent qui a débuté le 19 janvier 2018, se poursuit. « Les dispositions de l’annexe fiscale ne sont pas fixées dans du marbre », avait souligné à cet effet, le directeur général des impôts, Ouattara Sié, lors de ces échanges. La preuve que les choses peuvent changer.

Auteurs principaux

Twitter

Masake Anthony

Digitalisation is more than just laptops, mobiles phones & internet connections. What more opportunities can civil society tap from digitalisation? disrupt-and-innovate… via @CSODisruption